• L’automne revient et avec lui, la saison des pommes. Car même si nous pouvons trouver ces fruits sur les étals toute l’année, les meilleurs mois pour les consommer sont quand même d’octobre à avril parce qu’elles ont mûri dans l’arbre.Différentes variétés s’enchaînent et nous permettent de les manger fraîches tout au long de cette période.

     

     

    Bien sûr, il existe différentes façons de les consommer : la manger crue, la faire cuire, la consommer en jus… Chacun ses goûts et ses envies selon le moment aussi.

    Avec le froid qui revient, je vous propose de les manger cuites pour se réchauffer. C’est donc le moment de sortir les Apple Bakers du placard. Vous savez, ces petits plats individuels pour cuire les pommes au four.

     Apple baker

     

    Ils ont un petit pic central sur lequel on dispose la pomme évidée. Ensuite, on la garnit  à son goût : beurre ou graisse de coco, sucre ou sirop d'agave par exemple, épices comme la cannelle ou le gingembre, fruits secs comme des noix, des amandes ou des raisins secs.... On peut également rajouter d’autres fruits frais qui sont délicieux rajoutés aux pommes. Je pense aux poires, aux prunes, aux pêches, aux baies… Bref, il y a de quoi satisfaire tous les appétits !!  Chaque membre de la famille peut garnir sa pomme selon ses envies et c'est un des avantages de ces pots individuels.

    Le pic permet une cuisson bien à cœur du fruit et le fait de servir la pomme dans son plat de cuisson conserve sa douce chaleur un peu plus longtemps. Chacun pourra ainsi bénéficier du jus de cuisson de sa pomme ce qui n’est pas forcément le cas lorsque l’on utilise un plat collectif.

     

    Apple Baker

     

    • Une recette toute simple :
      • de l’huile de coco (ou du beurre fondu)
      • du sucre complet
      • de la cannelle
      • des raisins secs
      • des noix hachées, des noisettes
      • 1 grosse pomme 

     

    • Évider le cœur de la pomme, entailler la peau pour éviter qu'elle n'éclate et la placer  dans le plat.
      Dans un petit bol, mélanger la graisse de coco fondue, le sucre, la cannelle, les raisins secs et les noix.
      Farcir le centre de la pomme, et disperser le supplément sur la pomme. Ajouter un peu d'eau dans le plat de cuisson. Cuire au four pendant à 180 ° jusqu'à la consistance désirée. Le résultat est très gourmand ! Avec une soupe en entrée, ça peut faire un repas de fin de journée lors de la saison froide.

     

     

    Pour ceux qui aiment le contraste chaud/froid, il est toujours possible d'y rajouter une boule de glace avant de servir. Ce plat permet à la fois la cuisson au four et la dégustation.

     

    Apple baker

    A découvrir sur lors de mes expositions ou en boutique.

     

    Et pour consulter et télécharger quelques recettes de pommes aux four,

    je vous invite à cliquer ici.

     

    Boutique ALittleMarket

     

    Si vous aussi vous aimez les pommes au four,

    n'hésitez pas à indiquer votre recette préférée.

    Elle pourrait compléter la liste de recettes déjà présentes !

     


    4 commentaires
  • A l'occasion de ma participation au marché de potiers de Fernay Voltaire, je vous avais annoncé la présentation de deux collections de grès.

     

    Samedi 19 septembre 2015 de 9h00 à 18h00

    Dimanche 20 septembre 2015 de 10h00 à 17h30

    Grand'Rue

     01216 FERNAY-VOLTAIRE

     

    Voici quelques nouvelles pièces de la collection des bruns aux effets bleutés :

     

    Quelques nouvelles pièces en grès

     

    A bientôt...

     

    Boutique ALittleMarket 


    4 commentaires
  • Je participerai au marché de potiers de Fernay Voltaire samedi 19 (9h00 à 18h00) et dimanche 20 septembre (10h00 à 18h00). Trente à quarante potiers seront installés dans la Grand'Rue, entre l'église et la statue de Voltaire.

    A cette occasion, je présenterai uniquement deux collections de grès : les créations émaillées en brun moucheté et celles en brun aux effets bleutés.

    Apple bakers, plat à tarte et saladier, voici en avant première quelques dernières pièces de la  collection brun moucheté :

    Préparation du marché de Fernay Voltaire

     


    2 commentaires
  • Né d’une boule jetée sur le tour ou modelée dans le creux de la main, ce contenant est une des premières pièces en terre réalisée par l’homme, le premier geste du potier. C’est la transformation d’une boule de terre en un récipient devenu indispensable dans notre quotidien.

     

    Le bol

     

    Le bol… cet élément de notre vaisselle que l’on utilise si souvent, du petit déjeuner au souper, il a toujours sa place. Un bol de thé ou de cacao, des céréales, une soupe mais aussi pour présenter des petits fruits ou des légumes, des grignotis à partager entre amis… mais aussi pour mélanger, cuisiner, transporter, offrir… Bol remplis de pousses, de petits cailloux ou de trésors variés qui peuvent décorer la maison. Ou dans un autre domaine, bol comme objet sacré qui accompagne la quête de spiritualité. Il a un potentiel inépuisable : le bol est le corps de notre esprit.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette forme simple et si souvent créée est une des plus difficiles à réaliser, obtenir une forme équilibrée, une harmonie du profil et de la courbe. Le bol est une recherche constante que l’on retrouve dans la multiplicité de ses formes et de ses décors qui varient selon sa culture, selon le potier. C’est une invitation au voyage...

     

    Quelques exemples de formes de bols de tradition japonaise :

    Le bol

    Dessins tirés du magazine PotteryMaking Illustrated, nov-déc 2013

     

    Selon la forme, les mains se placeront différemment, le contenu et le ressenti seront variés.

     

    Bol fermé : profil en forme de boule et profond, ce bol conserve bien la chaleur. Les mains sont enveloppantes. Attention toutefois, si la forme est trop fermée, c’est moins commode pour boire.

    Bol ouvert, incurvé vers l’extérieur ou pas : conserve moins la chaleur. La lèvre du bol est plus accessible, elle permet de boire plus facilement.

    Bol droit : bol le plus souvent utilisé pour boire le thé.

    Bol bas : conserve peu la chaleur. Souvent utiliser pour déguster une soupe, des céréales ou salade de fruits.

    Bol avec oreillettes : des petites poignées par goût ou pour ne pas se brûler les doigts !

    Et pourquoi pas, prévoir un bol pour l'été, plus ouvert et un bol pour l'hiver, plus fermé !! Varier les plaisirs selon son ressenti au grès des saisons.

     

    Le bol

    bol de Daniel de MONTMOLLIN, dans Mille et un bols

     

     « Le bol est une figure emblématique de la poterie. Né d’une vivante nécessité, il reproduit la coupe des mains jointes puisant dès les origines l’eau des sources. A ce geste de demande est lié celui de l’offrande »…. « Rencontre entre les mains créatrices et les mains accueillantes, le bol est servant de communion. »

    Daniel de MONTMOLLIN, texte tiré de Mille et un bols

     

     Terr'Ame_Véronique Bélier Céramiste_Trévoux

     

    Et vous, quelle est la forme qui vous attire ?

    Celle qui est en vous ?

     


    9 commentaires
  •  

    La cuisson d'émail

    Pour être utilisée à des fins alimentaires, toute céramique doit subir l’épreuve du feu. Vocabulaire imagé bien sûr en ce qui concerne la cuisson en four électrique mais beaucoup plus significatif pour ce qui est de l’usage de fours à bois ou de fours à gaz.

    Chacune de mes pièces subit deux cuissons. La première cuisson est appelée cuisson de dégourdis pour les pièces en grès. Je la monte à 960°. Peu de surprises généralement, sauf en cas d’erreur de conception ou de manipulation.

     

    Après l’émaillage, suit la deuxième cuisson, portée celle-ci à 1280 °. Je mets généralement mon four en route le soir et la montée progressive en température se fait sur toute la nuit. Puis, il faut compter plus une journée et une nuit de refroidissement. Je peux donc ouvrir mon four et découvrir le résultat de mon travail le surlendemain.

     

    La cuisson d'émail

     

    Dans le four se trouvent généralement des commandes, des pièces en vue des marchés à venir, parfois des prototypes. Avec le temps d'attente, les questions commencent, même avec l’expérience, elles ne peuvent s’empêcher d’être présentes.

    N’ai-je pas fait d’erreur d’émaillage ? Car quelque fois, en recherchant des effets particuliers, l’émail peut couler, être trop fin ou trop épais… Et évidemment, cela peut invalider une réalisation… Mais ces « situations surprises » peuvent également être de belles découvertes. Des erreurs inattendues qui ouvrent de nouvelles possibilités.

    En cas de commande, la réalisation correspondra-t-elle vraiment à ce que recherchais le client ? Sera-t-il satisfait ? La personne à qui la pièce est destinée est au centre des préoccupations. Est-ce que j’aurai compris sa recherche, sa sensibilité ? Est-ce que j'aurai su la faire coïncider avec la mienne ?

    Est-ce qu’il n’y aura pas de déformation ? Car à cette température, rien ne pardonne. Les découpes ou les formes trop audacieuses, les erreurs de façonnages parfois… On parle de mémoire de la terre. Si quelque chose ne lui convient pas, l’épreuve de la cuisson aidera la terre à parler et à nous montrer ce qu’elle n’a pas aimé…

     

    La magie de la cuisson...

    Le temps d’ouvrir le four arrive enfin, c’est l’heure de découvrir le résultat du travail réalisé. C’est toujours avec une curiosité mêlée d’une pointe d’inquiétude que j’ouvre le couvercle. Un moment presque magique ou la cuisson a fait son œuvre et a transformé les éléments. L’émail, la couleur qui donne son aspect définitif à la pièce, saute aux yeux et saute au cœur. C’est avec beaucoup de plaisir et d'excitation, comme l'ouverture d'un cadeau, que je prends les pièces encore chaudes et que je les découvre dans leurs nouveaux habits.

     

    La magie de la cuisson...

     

    J’inspecte les pièces sous tous les angles pour vérifier qu’il n’y ait pas de défauts et les découvrir sous toutes leurs facettes. Les émaux varient à la lumière et les effets peuvent varier d’un endroit à l’autre de la pièce.

     

    La magie de la cuisson...

     

    Il me reste maintenant à rajouter les anses des bols à laine et à prendre de jolies photos pour contacter les clients ou mettre certains articles dans la boutique en ligne mais pas tous n’est-ce pas, il faut bien en garder un peu pour les marchés à venir !

     

    La magie de la cuisson...

     

    Et pour recevoir les nouvelles informations du blog, pour vous tenir informer des nouveautés ou des marchés, n'hésitez pas à vous inscrire à ma lettre de parution !

    A bientôt !!

     

     
     
     

    2 commentaires