• Le beurrier à eau est un ancien système de conservation du beurre. Il aurait été conçu au XVIIIe siècle, donc bien avant le réfrigérateur. Ce pot permettait de conserver le beurre à l’abri de la lumière et de l’air ambiant. Il s’est fait plus rare de nos jours mais il est encore possible d’en trouver chez certains potiers.

     

    Beurriers à eau

     

    Comme une boîte, il est composé de deux parties : la base où l’on verse de l’eau salée dans le fond et le couvercle haut qui, lui, est rempli de beurre. Une fois le beurrier fermé, le beurre est en contact avec l’eau. Ce système empêche l’oxydation et le beurre ne rancit pas. Pour une bonne conservation, il est nécessaire de changer l’eau tous les trois jours environ .

     

    Le beurrier à eau

     

    C’est un moyen écologique qui permet de maintenir de beurre à température ambiante pour qu’il soit plus facilement tartinable. Voilà du beurre parfait pour tartiner le pain chaud ou pour cuisiner. Il reste tendre sans pour autant fondre puisqu’il est quand même maintenu au frais par l’eau. Le beurre se garde ainsi plusieurs semaines, sans prendre de goût ou d’odeur désagréables.

    On peut laisser le beurre sur la table, sur le plan de travail ou le comptoir de la cuisine… il sera naturellement conservé grâce au système ingénieux de ce beurrier.

     

    Le beurrier à eau

     

    On peut trouver des beurriers avec tous ou sans trous, les deux se font. Chacun à ses inconvénients et ses avantages.

    Le beurrier avec trou demandera une grande vigilance dans le remplissage de l’eau car il ne faut pas que le beurre reste au contact de l’air ambiant. Il faudra donc bien remplir la base et refermer le beurrier au-dessus de l’évier pour s'assurer que chaque petit trou du bol soit bien au contact de l’eau.

    Le beurrier sans trou demande un peu moins de vigilance puisque le couvercle sera toujours bien refermé dans l’eau. Il faudra par contre le consommer peut-être un peu plus rapidement lorsque vous arriverez dans le fond.

     

    Le beurrier à eau

     

    Pour bien remplir son beurrier, il faut bien tasser le beurre ramolli au fond du couvercle en faisant bien attention de ne pas laisser de poches d’air. Lorsque vous vous servez en beurre, glisser la lame du couteau à la surface pour recueillir le beurre. Il faut éviter de plonger la lame dans le beurre pour ne pas créer de poche d'air.

    Une petite astuce : au cas où le beurre rancirait malgré tout, je vous conseille de le stériliser après lavage. Laissez-le simplement au four : 1h à 100° !!

     

    Nombre de personnes ont un beurrier hérité de leurs grands-parents dans leurs placards mais ne savent pas comment l'utiliser.

    Et vous ? Avez-vous un beurrier à eau ? Qu'en pensez-vous ?

     

    Terr'Ame_Véronique Bélier Céramiste_Trévoux

     

    Voir les beurriers à eau

     

     


    29 commentaires
  • Je serai au marché des potiers de Bourg en Bresse le dimanche 27 et le lundi 28 avril. Alors avant ou après la chasse aux œufs de Pâques, venez découvrir les créations et rencontrer les potiers !

     

    Marché des potiers de Bourg en Bresse

     


    2 commentaires
  • Lorsque l’on tourne une pièce, il faut généralement ensuite la tournasser une fois qu’elle a une consistance plus ferme (consistance du cuir). Cela consiste à enlever des copeaux de terre avec des outils que l’on appelle des tournassins ou des feuillards afin de lui affiner la base, de travailler un pied ou de reprendre certaines surfaces par exemple…

     

    Tournassage

     

    De plus, la réalisation d'une pièce n’est pas toujours correcte du premier coup. Il y a des recherches, des essais, des ratés, des pièces qui ne conviennent finalement pas ou qui s’effondrent sur le tour (et oui, ça peut arriver !!), d’autres qui se fendent au séchage ou bien qui cassent pour telle ou telle raison…

     

    Bref, vous l’aurez bien compris, il y a du "déchet".

     

    Heureusement pour nous, céramistes, la terre se recycle. Tant qu’elle n’est pas cuite, on peut la réutiliser, la retravailler…


    Pour cela, il faut lui faire prendre un bon bain afin qu’elle redevienne très molle et qu’elle se transforme en ce qu’on appelle la barbotine. La terre sèche absorbera l’eau plus rapidement. Vous l’entendrez chanter lorsqu’elle se gorge d’eau.

     

    Le recyclage de la terre_barbotine

     

    Une fois bien ramollie, il faut la mettre à sécher sur un plâtre par exemple. Celui-ci va absorber l’eau afin de rendre à la terre une consistance qui permettra de la retravailler. Si besoin, on peut au préalable la mixer pour la rendre un plus homogène.

     

    Le recyclage de la terre_séchage

     

    Il reste ensuite à la travailler pour chasser les bulles d’air qui se seraient emmagasinées et la stocker dans un sac hermétique quelque temps afin qu’elle se recompose pour être propice à une nouvelle utilisation ! Il est possible de la conserver ainsi très longtemps.

     

    Le recyclage de la terre_pétrissage

     

    Ces étapes, notamment le pétrissage, peuvent s'avérer assez physiques en fonction de la quantité de terre à travailler. Mais le recyclage de la terre fait partie du travail invisible du potier et permet d'éviter le gaspillage !!

     

    Terr'Ame_Véronique Bélier Céramiste_Trévoux

     


    12 commentaires
  • Voici le premier article d’une série que je vais appeler « Inspiration » et que je publierai le long de cette année.
    Lorsque l’on crée, ce n’est pas toujours facile de comprendre et d’analyser l’inspiration qui nous porte et peut-être encore moins de l’expliquer. Parler de ce que l’on fait, ce n’est pas seulement raconter son parcours technique mais c’est aussi accepter de livrer ce qui nous anime.

     

    Inspiration : fleur de lotus

     

    Ce sont des moments spontanés où la fleur de lotus me vient en idée, en symbole, en impression. Je ne cherche pas à la copier, ni à la mettre en forme dans mes pièces mais des parties sont là, présentes sans le dire vraiment, sur certaines réalisations, sur des croquis préparatoires.

    On retrouve les pointes en forme de pétale que je découpe sur le haut de certains bols à laine, la forme ronde des bols, des découpes sur des pots, le dessin de fleur sur le grand plateau à mettre en centre de table.

     

    Inspiration : fleur de lotus

     

    Sa forme aux courbes douces et délicates m’inspire féminité, bienveillance et sérénité. C’est un état d’esprit dans lequel je suis plongée lorsque je reprends une pièce tournée pour lui donner une forme plus personnalisée. L’esprit, en accord avec la main et la terre donne naissance à une nouvelle pièce, comme le bouton de lotus qui sort de l’eau pour s’ouvrir au grand jour.

     

     


    4 commentaires
  • Pas de nouvel article cette semaine mais une mise en forme de mes collections principales selon le type d'émail. Depuis le changement d'apparence du blog (il y a près d'un an maintenant), je n'avais pas encore pris le temps de le faire. Voilà qui est arrangé ! J'ai enlevé des pièces trop anciennes et le fond noir qui ne correspondait plus. Les galeries sont plus claires et sont maintenant plus en adéquation.

     

    Pour les voir, il suffit de cliquer sur le petit carré d'émail :

    Collection Brun a effets bleutés Collection Brun moucheté Collection Vert Collection Rouge

     

    Je ne présente pas toutes ces collections lorsque je fais un marché car il y aurait bien trop de pièces sur le stand ! Vous trouverez donc les verts, comme les bleus et les rouges de fer uniquement en boutique en ligne ou à l'atelier. Les pages sont encore à venir.

    J'aimerai intégrer des témoignages de ce que pensent les clients sur les pièces. Ce que leur apporte leur choix, quel est le ressenti, quelle sensibilité est touchée. Si vous avez envie de laisser un témoignage sur ce sujet, n'hésitez pas à poster un commentaire ou à m'envoyer un message par le formulaire de contact. Je verrai comment l'intégrer sur une page.

     


    2 commentaires