• Le musée des Confluences de Lyon présente une superbe exposition sur les potières d’Afrique jusque fin avril.

    Projet porté par l'association d'Argiles, Camille Virot et d’autres céramistes européens sont partis à la rencontre de potières d’Afrique de l’ouest pour étudier la fabrication de poteries usuelles. Plusieurs voyages leur ont permis de faire une grosse étude du processus de fabrication. Ils ont ramené de nombreuses informations, photographies, films et poteries. Ces pièces sont donc exposées au musée jusqu'au 30 avril, avec des films et de nombreuses photos.

    Lorsque l'on rentre dans l'espace dédié à cette exposition, on est tout de suite mis dans une ambiance très enveloppante. De nombreuses photographies nous montrent les potières africaines qui exposent avec leur superbes pots.

     

    Potières d’Afrique

     

    On apprend que la poterie est une affaire de femme et se transmet de mère en fille, que tout travail produit a une valeur, même les productions des fillettes qui sont vendues au marché.

    En suivant les pointillés, le chemin de l'exposition, on va à la découverte des céramiques exposées par îlots. Certains pots sont de tailles très impressionnantes et des formes rondes et généreuses s'offrent à notre sensibilité. On découvre des contenants qui permettent de conserver les aliments ou de préparer les plats.

     

    Potières d’Afrique

     

    On découvre des outils, des petits objets et éléments naturels utilisés comme des tiges de plantes tressées, pour réaliser les empreintes et décorations.

     

    Potières d’Afrique

     

    Un espace vidéo nous accueille et nous permet de découvrir ces femmes et leurs gestes en mouvement. De nombreux petits films que l'on ne se lasse pas de regarder pour découvrir une autre vie, une autre manière de faire. Pas de tour électrique mais des assiettes entraînées sur un lit de chamotte, des énormes pots montés au colombin, les cuissons sur le sol, en quelques heures, de grandes flambées... Bref, je ne peux que vous inciter à vous y rendre si vous en avez la possibilité !

     

    Potières d’Afrique

     

    Si cela vous intéresse, l'exposition reste encore tout le mois d'avril ! Et pour avoir plus d'informations, vous pouvez vous rendre directement sur le site du Musée des Confluences. N'hésitez pas à visionner les vidéos très intéressantes de Camille Virot et Olivier Gosselain.  Elles vous permettront d'en découvrir plus sur la démarche et la place de ces femmes potières.

     

    Boutique ALittleMarket

     


    3 commentaires
  • Le beurrier à eau est un ancien système de conservation du beurre. Il aurait été conçu au XVIIIe siècle, donc bien avant le réfrigérateur. Ce pot permettait de conserver le beurre à l’abri de la lumière et de l’air ambiant. Il s’est fait plus rare de nos jours mais il est encore possible d’en trouver chez certains potiers.

     

    Beurriers à eau

     

    Comme une boîte, il est composé de deux parties : la base où l’on verse de l’eau salée dans le fond et le couvercle haut qui, lui, est rempli de beurre. Une fois le beurrier fermé, le beurre est en contact avec l’eau. Ce système empêche l’oxydation et le beurre ne rancit pas. Pour une bonne conservation, il est nécessaire de changer l’eau tous les trois jours environ .

     

    Le beurrier à eau

     

    C’est un moyen écologique qui permet de maintenir de beurre à température ambiante pour qu’il soit plus facilement tartinable. Voilà du beurre parfait pour tartiner le pain chaud ou pour cuisiner. Il reste tendre sans pour autant fondre puisqu’il est quand même maintenu au frais par l’eau. Le beurre se garde ainsi plusieurs semaines, sans prendre de goût ou d’odeur désagréables.

    On peut laisser le beurre sur la table, sur le plan de travail ou le comptoir de la cuisine… il sera naturellement conservé grâce au système ingénieux de ce beurrier.

     

    Le beurrier à eau

    Beurrier à eau de CeraMArGile 

     

    On peut trouver des beurriers avec tous ou sans trou, les deux se font. Chacun à ses inconvénients et ses avantages.

    Le beurrier avec trou demandera une grande vigilance dans le remplissage de l’eau car il ne faut pas que le beurre reste au contact de l’air ambiant. Il faudra donc bien remplir la base et refermer le beurrier au-dessus de l’évier pour s'assurer que chaque petit trou du bol soit bien au contact de l’eau.

    Le beurrier sans trou demande un peu moins de vigilance puisque le couvercle sera toujours bien refermé dans l’eau. Il faudra par contre le consommer peut-être un peu plus rapidement lorsque vous arriverez dans le fond.

     

    Le beurrier à eau

     

    Pour bien remplir son beurrier, il faut bien tasser le beurre ramolli au fond du couvercle en faisant bien attention de ne pas laisser de poches d’air. Lorsque vous vous servez en beurre, glisser la lame du couteau à la surface pour recueillir le beurre. Il faut éviter de plonger la lame dans le beurre pour ne pas créer de poche d'air.

    Une petite astuce : au cas où le beurre rancirait malgré tout, je vous conseille de le stériliser après lavage. Laissez-le simplement au four : 1h à 100° !!

     

    Nombre de personnes ont un beurrier hérité de leurs grands-parents dans leurs placards mais ne savent pas comment l'utiliser.

    Et vous ? Avez-vous un beurrier à eau ? Qu'en pensez-vous ?

     

    Boutique ALittleMarket


    12 commentaires
  • Il existe différents types de terre qui se distinguent par la teinte, la texture et la résistance : la faïence, le grès et la porcelaine. Toutes sont composées à partir d’un même matériau : l’argile. Mais il existe de nombreuses variétés d'argile et selon leurs spécificités, elles rentrent dans la composition de telle ou telle pâte céramique.

     

    Boules de terre

     

    Ces différentes pâtes céramiques ont donc chacune une température de cuisson correspondante. La faïence se cuit autour de 1000°, on appelle cuisson de basse température. C’est une température suffisante pour fondre l’émail sans modifier les caractéristiques du corps même de la pièce. Le grès et la porcelaine se cuisent autour de 1280°, c'est une cuisson de haute température. L’argile se vitrifie, c’est-à-dire qu’elle se transforme en une masse solide et non poreuse.

     

    ...La faïence...

    faïence

     Carol Gouthro, dans 500 Cups, Editions Lark Books

     

    La faïence reste plus ou moins poreuse après la cuisson. Elle est peu dense et légère alors que le grès est plus dense et plus compact. Elle reste relativement fragile et se cassera plus facilement en cas de choc. La cuisson en basse température permet de développer des émaux souvent plus vifs et plus colorés qu’en grès.

    Si le plat est réalisé avec une terre culinaire, les plats à four auront une bonne résistance aux chocs thermiques.

    Sa légère porosité a l’avantage de permettre une certaine évaporation des liquides qui peut être intéressante comme pour des germoirs ou des pots de fleurs par exemple. En revanche, il arrive bien souvent que ces mêmes pots de fleurs s’écaillent ou se brisent lorsque l’eau absorbée vient à geler. Il convient donc de les rentrer ou de les vider en hiver. Dans le même esprit, un napperon sous un vase ou un dessous de plat sous un pichet seront les bienvenus pour éviter les fuites et les auréoles sur les meubles.

     

    ...Le grès...

    Grès

    Tood Leech, dans 500 Cups, Editions Lark Books

     

    Le grès est plus dense que la faïence puisque la terre a subi un processus de fusion homogène de toutes les particules dont se compose la terre (comme la porcelaine). On dit que la pièce est vitrifiée. Sa résistance et sa dureté permettent de réaliser une vaisselle solide d'usage courant qui résiste aux rayures, à la corrosion et à l’acidité (comme le sel, le vinaigre…).

    La gamme des couleurs de grès est souvent plus sombre que la faïence, car les couleurs ne supportent pas toutes la haute température. Ceci-dit, les techniques évoluent et on voit de plus en plus de grès coloré.

    Après la porcelaine, le grès occupe la deuxième place dans la production de poteries de haute température, longtemps considérées comme plus nobles que la terre de basse température.

     

    ...La porcelaine...

    Porcelaine

    Photo issue du Printemps des potiers de Sanary, 2008

     

    La porcelaine est une céramique fine et translucide. C’est une terre difficile à travailler, les gestes doivent être précis et sûrs. Le potier n’a pas le droit à l’erreur sinon, gare aux déformations ou autres tracas ! La difficulté du travail et le prix de la matière première en font des pièces plus onéreuses que celles en grès ou en faïence.

    Elle cuit à la même température que le grès et comme lui, elle se vitrifie à la cuisson. Mais, à la grande différence du grès, elle devient translucide lorsque les parois de l’objet réalisé sont fines.
    La vaisselle en porcelaine est la plus imperméable et la plus dure. Elle est la plus résistante aux chocs thermiques et mécaniques. Attention, cela ne l’empêche pas de casser si vous la laissez tomber ou si vous la maltraitez !!

    Sur une pièce de qualité, lorsque la porcelaine est décorée, les pigments sont intégrés dans l’émail de la porcelaine. Cette technique rend les décors inaltérables dans le temps.

     

    En résumé, je ne vais pas vous surprendre si je vous dis que chaque terre présente des avantages et des inconvénients. Le choix d’une céramique se fait donc en fonction de son usage et du coup de cœur bien sûr !!


    Personnellement, mon cœur penche souvent pour le grès, mais j'apprécie aussi la variété et de ne pas m'arrêter à une seule matière ou technique.


    Et vous, avez-vous une préférence ?

     

    Boutique ALittleMarket

     

     

    Cet article vous a plu ?

     

    Alors,

    INSCRIVEZ-VOUS

    pour ne pas manquer les prochains...

     

     

    8 commentaires
  • Né d’une boule jetée sur le tour ou modelée dans le creux de la main, ce contenant est une des premières pièces en terre réalisée par l’homme, le premier geste du potier. C’est la transformation d’une boule de terre en un récipient devenu indispensable dans notre quotidien.

     

    Le bol

     

    Le bol… cet élément de notre vaisselle que l’on utilise si souvent, du petit déjeuner au souper, il a toujours sa place. Un bol de thé ou de cacao, des céréales, une soupe mais aussi pour présenter des petits fruits ou des légumes, des grignotis à partager entre amis… mais aussi pour mélanger, cuisiner, transporter, offrir… Bol remplis de pousses, de petits cailloux ou de trésors variés qui peuvent décorer la maison. Ou dans un autre domaine, bol comme objet sacré qui accompagne la quête de spiritualité. Il a un potentiel inépuisable : le bol est le corps de notre esprit.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette forme simple et si souvent créée est une des plus difficiles à réaliser, obtenir une forme équilibrée, une harmonie du profil et de la courbe. Le bol est une recherche constante que l’on retrouve dans la multiplicité de ses formes et de ses décors qui varient selon sa culture, selon le potier. C’est une invitation au voyage...

     

    Quelques exemples de formes de bols de tradition japonaise :

    Le bol

    Dessins tirés du magazine PotteryMaking Illustrated, nov-déc 2013

     

    Selon la forme, les mains se placeront différemment, le contenu et le ressenti seront variés.

     

    Bol fermé : profil en forme de boule et profond, ce bol conserve bien la chaleur. Les mains sont enveloppantes. Attention toutefois, si la forme est trop fermée, c’est moins commode pour boire.

    Bol ouvert, incurvé vers l’extérieur ou pas : conserve moins la chaleur. La lèvre du bol est plus accessible, elle permet de boire plus facilement.

    Bol droit : bol le plus souvent utilisé pour boire le thé.

    Bol bas : conserve peu la chaleur. Souvent utiliser pour déguster une soupe, des céréales ou salade de fruits.

    Bol avec oreillettes : des petites poignées par goût ou pour ne pas se brûler les doigts !

    Et pourquoi pas, prévoir un bol pour l'été, plus ouvert et un bol pour l'hiver, plus fermé !! Varier les plaisirs selon son ressenti au grès des saisons.

     

    Le bol

    bol de Daniel de MONTMOLLIN, dans Mille et un bols

     

     « Le bol est une figure emblématique de la poterie. Né d’une vivante nécessité, il reproduit la coupe des mains jointes puisant dès les origines l’eau des sources. A ce geste de demande est lié celui de l’offrande »…. « Rencontre entre les mains créatrices et les mains accueillantes, le bol est servant de communion. »

    Daniel de MONTMOLLIN, texte tiré de Mille et un bols

     

     Boutique ALittleMarket

    Et vous, quelle est la forme qui vous attire ?

    Celle qui est en vous ?

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique